Le Projet R.A.S.P.O.U.T.I.T.S.A. a été conçu en 2001 dans un laboratoire secret de Russie. A la suite de découvertes capitales sur la fameuse "théorie des éléctrons" (voir le dossier L.A.R.S.E.N. L.U.P.I.N., ouvert en 1996), les recherches de Mathieu Vander-Molevitch sont devenues la cible des services secrets soviétiques. Lui et ses acolytes (Romin Drouillov, le spécialiste en éléctro-acoustique psycho-réactive, et Arno Dupirr, l'informaticien maudit, adepte du système alternatif ternaire, et de la dynamique percussive) sont contraints de s'enfuir par un chemin de fer souterrain, dans des petits wagons (c'était cool, comme à Disneyland...) Derrière ces terribles événements, il y a bien sûr une trahison; un de leurs collaborateurs (sous le nom de code : Xogène) qui jouait double-rôle, a fini par passer définitivement dans les rangs ennemis de la synthèse éléctronique binaire séquentielle.

Ayant trouvé refuge à Dornik, l'équipe envisage d'élargir le champ des recherches. Ils recrutent l'assitance d'une ancienne sommité de la recherche bio-chimique, Jieff Hertsenski, et de l'ingénieur en générateurs infra-sonores, Gens Sixz. Le projet R.A.S.P.O.U.T.I.T.S.A. commence à faire parler de lui. Mathieu, concentrant ses recherches sur l'écriture et la composition, tente la fusion de substances antagonistes: un punk-rock énergique et un groove plombé se disputent la place dans des constructions instables. Dans cette gangue épineuse se loge une sorte de chanson française, pince-sans-rire et abracadabrante. L'alchimie est changeante et bouillonne perpétuellement; on n'est jamais à l'abri d'une explosion. Un dossier dangereux, à surveiller de près.

Ces information sont extraites du best-seller de Piotr Kebrovznich : "Le Dossier Raspoutitsa, rumeurs et vérités", et peuvent également être vérifiées auprès du service d'archives du KSB, sur simple appel téléphonique. Source : File FDVV984b, article 3.6.2, paragraphe 5.
design & conception © 2004